top of page
Rechercher

Journal de votre députée

Les députés PLR ont tenté, en vain, d’obtenir un budget conforme à la réalité.



La session du Grand Conseil de décembre est toujours riche en enseignements.


Malgré une perspective financièrement quelque peu inquiétante, sans apport des 107 millions de la BNS, seuls les groupes PLR et UDC Valais romand se sont préoccupés de juguler les dépenses, notamment en nouveaux postes dans tous les services de l’Etat.


Certes, nous, les députés, devons également déposer des interventions avec discernement, car chaque texte déposé demande au mieux une étude et deux lectures, mais peut également impliquer une augmentation des ressources, notamment quand ce sont des motions impliquant des changements de loi.


Nous n’avons pas eu gain de cause. Il semblerait que l’Etat-providence ait encore de beaux jours devant lui.


De manière plus personnelle, alors que les députés de tous bords avaient jusque là plutôt bien suivi l’avis de la Commission des finances, je déplore qu’un amendement de 7 millions ait été accepté pour augmenter les salaires des soignants du seul HDV. La raison qui a motivé les députés, mise à part le PLR, bien entendu, était une égalisation des salaires avec le HRC.


Vous me connaissez et savez que je défends la cause des soignants. Vous devez cependant savoir que seule la moitié des soignants sont employés de l’hôpital. Les autres travaillent dans des EMS ou des CMS.


Or il se trouve que le secteur des soins de longue durée manque cruellement de bras. Dans les CMS, nous peinons à recruter, car le métier hors murs d’un hôpital est difficile, les soignants travaillant toujours seuls à domicile. Les salaires sont actuellement déjà inférieurs aux salaires de l’HDV, et cette situation sera encore péjorée par le vote de l’amendement en question. Il y a tout l’heur de penser que l’hôpital va « aspirer » les quelques soignants encore sur le marché du travail.


Il est plus que temps de repenser la santé dans son ensemble, et non plus en silos. Chaque effet négatif à un bout de la chaîne péjore l’autre partie. Ainsi s’il manque de travailleurs dans les CMS, les séjours hospitaliers vont se rallonger par prise en charge impossible à domicile ; l’hôpital va se trouver engorgé… et manquera de bras… et demandera une augmentation des salaires pour attirer des soignants !


Au PLR, nous sommes responsables. La santé est un sujet éminemment complexe, avec des conséquences économiques certaines. Il est plus que temps d’en faire pour notre parti un sujet d’importance.


Ou alors nous acceptons tous de dépolitiser la santé, l’éducation et le développement durable, qui sont les piliers de notre sage Pays et qui ne devraient pas souffrir de querelles intestines.


Je vous souhaite de très Bonnes Fêtes

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page